Accueil

Fabrice Magnée

sculpture

Des clous pour fixer, à vif, nos quêtes, nos fuites, nos déambulations, nos rencontres acérées, nos blessures et nos énergies tendues vers l’entente vitale. Des clous pour marquer notre territoire de ténacité et d’espoir sur les terres ingrates où l’homme a été mis à vivre, à aimer et à finir. Fabrice MAGNEE forge dans le dérisoire avec la grandeur et la fierté d’un artisan inspiré.

 

Michel Ducobu

 

Du fer. Du bois.

Le fer issu des entrailles de la terre.

L’arbre dans son envolée vers la lumière.

Le fer travaillé, transformé, étiré par le feu.

L’arbre conjuguant les quatre éléments.

Le fer a été minerai au secret de l’obscurité.

Le bois s’est épanoui au rythme des lumières et des saisons.

 

Dans les œuvres de Fabrice, le fer a été clou, lien, fixation mais ses personnages sont en mouvement. Le bois a été charpente, linteau, chambranle mais il est libéré de ces tâches. Les matériaux qu’il assemble ont déjà leurs histoires, il faudra donc en inventer des nouvelles.

 

Les personnages, épurés, ont quelque chose de notre humanité : chemins de verticalité aux arêtes des poutres, foules confuses en des forêts métalliques, parfois échasses, interrogations, cohues en un élan de l’obscurité vers la clarté tout comme le fer et l’arbre, tout comme notre cheminement à chacune et chacun.

 

Joël Smets, conteur

 

 

Fabrice Magnée, est un amoureux du métal forgé qu’il assemble en de très élaborées structures selon les grandes lois harmoniques. Leur petit format, en ce lieu ne manque pas de sens monumental. Ses travaux, par leurs rythmes, occupent l’espace avec une densité rare dans la lignée des grandes traditions. Chose peu courante qu’il est important de souligner.

 

Carine Delecour, Galerie CAD (Huy)